Que fait la société lorsqu’elle met quelqu’un en prison ? N’est-il pas paradoxal d’assigner la même peine à tous, l’enfermement, quel que soit le crime commis, la différence entre les peines résidant uniquement dans le nombre de jours passés enfermé ? Comment les sociétés modernes ont-elles fabriqué de nouveaux types d’hommes que les sociétés anciennes ignoraient : le délinquant, le fou, le malade mental, le malade sexuel ? Comment se fait-il que nous croyions qu’objectivement de tels types existent ? Comment aujourd’hui, est-il possible que nous ayons accepté la punition, en lieu et place du châtiment ?

Michel Foucault enquête aux interstices du savoir et du pouvoir, de l’universelle surveillance et des classifications, en poursuivant son engagement auprès des prisonniers, dans cet ouvrage Surveiller et punir, que Geneviève Ginvert et Gueid Hassan se proposent d’éclairer pour vous.

Dimanche 9 décembre – 19H
Salle Simone Veil
Entrée gratuite