Animée par Louis Estienne, professeur agrégé d’histoire et directeur délégué de l’IFD

Le 21 août 1914, près de Nancy, le XXe corps, un bataillon lorrain, et le XVe, composé en majorité de soldats marseillais, se voient confrontés à un terrible tir de barrage de l’artillerie allemande. En quelques heures, les troupes sont décimées. C’est la retraite, catastrophique, et la fin du plan de Joffre. L’état-major et le gouvernement cherchent aussitôt des boucs émissaires. Ce seront les soldats du Midi. En pleine Union sacrée, l’antagonisme resurgit, viscéral, entre la France du nord et celle du sud, nourri de préjugés racistes issus du XIXe siècle. L’affaire du XVe corps empoisonnera les esprits pendant toute la durée du conflit, provoquant à Paris interpellations à la Chambre et démissions, et dans les tranchées humiliations, persécutions, voire exécutions arbitraires contre des combattants accusés d’être, par nature, de mauvais patriotes.