Dès les premiers jours de la présence française dans la Corne de l’Afrique, on fit appel à des soldats autochtones. C’est en 1910 que fut officiellement créée la Milice qui s’implanta sur tout le territoire. Successivement Milice de la Côte française des Somalis puis du Territoire français des Afars et des Issas, elle devient le Groupement Nomade Autonome le 1 février 1970. Le GNA était une unité particulière. Sous les ordres du Haut-commissaire de la République, sa mission était le contrôle des frontières et des zones de nomadisation frontalières ainsi que l’assistance à l’administration, ce qui pouvait aussi bien concerner la santé que l’entretien des pistes ou les secours. Commandé par un officier supérieur, le GNA était encadré par cinq officiers et une trentaine de sous- officiers « de statut général », c’est-à-dire des troupes de marine et comprenait à peu près soixante sous-officiers et cinq cents goumiers « de statut local », c’est-à-dire autochtones.

GRANDE SALLE

ENTRÉE LIBRE